Baisse du pétrole : Axe américano-saoudien ?

Par Gérard VESPIERRE, associé fondateur de Strategic Conseils, Chercheur associé à la Fondation pour l'Etude du Moyen-Orient (FEMO)

Ce mouvement baissier relève-t-il uniquement des lois du marché ou repose-t-il également sur des données géostratégiques? Cette interrogation nous conduit à poser plusieurs questions : Quelles sont les éléments politiques qui auraient accompagné le marché à la baisse ? Comment ce processus de baisse a-t-il été engagé ? Pourquoi maintenant... ?

Le déclencheur de cette situation économique nouvelle s'appelle Arabie Saoudite qui s'est engagée cet automne, en Asie, dans une stratégie de baisse de prix. Quelles sont donc les raisons politiques qui ont conduit ce pays à prendre une telle option ? Riyad s'est-il lancé seul dans cette stratégie ou bien une convergence d'intérêts politiques est-elle apparue en 2014 et avec qui ? Le regard se tourne naturellement vers Washington, allié privilégié, historique, depuis 1945 et protecteur des richesses et ressources du Royaume. Y-a-t-il eu une évolution, un changement dans les analyses et choix, récemment entre les 2 capitales ?

Cette question mérite un double oui, car sur les deux dossiers, Iran et Syrie, d'une forte incompréhension ou opposition en 2013, ces deux partenaires sont parvenus à une convergence en 2014.

La tension entre les 2 capitales s'est particulièrement exacerbée fin 2013, lors de la signature en Novembre du protocole d'accord entre l'Iran et le groupe des 5+1 (les 5 membres permanents du Conseil de Sécurité plus l'Allemagne) dont fait bien sûr partie Washington.

Riyad est depuis 1979, date de la création de la République Islamique d'Iran, en opposition forte avec son presque voisin. Conflit sur le leadership religieux du monde musulman, l'un sunnite, l'Arabie Saoudite, l'autre Téhéran, leader du monde chiite, porteur d'un message révolutionnaire et d'une stratégie nucléaire potentiellement militaire. Nombreuses raisons d'opposition, qui transparaissent à travers une confrontation régionale par Syrie, Irak, et Liban interposés.

Dans cet accord Riyad a cru voir une attitude bienveillante et d'ouverture de Washington, vis-à-vis de Téhéran, en opposition donc avec ses propres intérêts géopolitiques.

Dans le The Wall Street Journal, le Prince Turki al-Faisal, membre du cercle de la famille royale saoudienne, critique les Etats-Unis pour avoir écarté l'Arabie Saoudite des négociations qui ont débouché sur un accord historique avec l'Iran, alors que l'Arabie est le principal pays s'opposant au régime iranien.

Ce désaccord venait s'ajouter à un autre contentieux fort: La Syrie

Les positions entre les deux capitales étaient très divergentes sur le soutien à apporter sur le terrain aux groupes luttant contre le pouvoir d'Hafez El Assad. L'Arabie Saoudite a été rapidement active dans le soutien aux groupes sunnites, alors que les Etats-Unis faisaient preuve de la plus grande prudence, craignant de voir détourner vers les djihadistes les armes qu'ils pourraient fournir à l'opposition syrienne armée.

L'option de Barak Obama de ne pas finalement lancer de frappes aériennes contre la Syrie après l'emploi d'armes chimiques par Damas, a marqué un paroxysme dans la tension entre les 2 gouvernements.

Le même Prince Turki al-Faisal a qualifié de «négligence criminelle» le refus de Washington d'intervenir pour stopper la violence en Syrie.

Tension extrême donc en 2013, mais en 2014 l'axe Washington-Riyad allait connaître une toute autre situation.

Comment faire évoluer les points de vue ? ... en se rencontrant...

Dès le mois de mars 2014, Barack Obama se rend donc en Arabie Saoudite, signe d'une volonté d'échange et de rapprochement entre ces deux partenaires historiques.

Quels changements vont intervenir à la suite de cette visite ?

Moins de 90 jours après ces entretiens le Président des Etats-Unis annonce lors d'un discours à l'Académie militaire de West Point qu'il demande au congrès dans le cadre d'une procédure « Operations extérieures d'urgence » la création d'un « Counterterrorism Partnership Fund » doté d'une enveloppe de 5 milliards de dollars ...... dont 500 millions pour entraîner des combattants destinés à renforcer « l'opposition syrienne modérée ».

Le signal est clair, la demande saoudienne de renforcer l'opposition à Bachar El Assad sur le terrain est maintenant prise en compte et avalisée par Washington. Des évènements nouveaux en dehors de ce cadre, mais renforçant l'alliance Riyad Washington vont surgir puisque le 29 juin, l'Etat Islamique en Irak et au Levant, EIIL, ou Daech selon le sigle arabe, annonce la création d'un Califat Islamique entre les territoires de Syrie et d'Irak qu'il contrôle.

Le 8 Août les Etats-Unis lancent les premières frappes sur les forces de l'Etat Islamique. Cette décision intervient au moment où le Président irakien prend finalement le 11 Août la décision, sous la pression de Washington et de Riyad, de remplacer par Haïder al-Abadi, son Premier Ministre al-Maliki. Trop proche de l'Iran ce dernier a tenu à l'écart les sunnites irakiens du pouvoir politique et ignoré leurs revendications, facilitant le développement de Daech en Irak.

L'Arabie Saoudite ne peut être que satisfaite du départ de ce pro-iranien. Vu de Riyad, les bonnes décisions politiques ont été prises par les Etats-Unis contre la présence de Téhéran en dehors de ses frontières, en Irak et en Syrie, Washington s'étant, vu de Riyad, en quelque sorte rallié à l'analyse saoudienne. Et les bonnes nouvelles, pour l'Arabie Saoudite vont continuer d'arriver :

- Frappes aériennes en Syrie dans le cadre d'une coalition internationale

- Annonce d'envoi de conseillers militaires américains pour aider l'armée irakienne dans sa lutte contre Daech.

Le 11 Novembre enfin, le Président Irakien Fouad Massoum se déplace à Riyad pour rendre visite « à son frère » le Roi d'Arabie Saoudite, après de très nombreuses années de froideur et distance entre les 2 pays.

L'Arabie Saoudite, et les Etats-Unis continuent donc de marquer des points contre Téhéran dans son « étranger proche ».

Mais il reste le chapitre nucléaire iranien. Les saoudiens sont persuadés qu'un accord sera signé un jour ou l'autre entre Téhéran et le groupe des 5 + 1, car l'Iran a économiquement besoin d'une telle conclusion, quelles que soient les déclarations de façade, destinées avant tout à une consommation interne.

Le report de la date butoir du 24 Novembre, et la prolongation des négociations jusqu'au 30 juin 2015 indiquent qu'il existe une nécessité d'aboutir.

Cet accord aura pour effet de permettre « in fine » à l'Iran d'augmenter ses ventes de pétrole, donc ses recettes destinées en partie au programme nucléaire, et ses capacités de nuisance régionales. Comment Riyad peut-elle réduire, amoindrir ces conséquences ? ... Intervenir préventivement, avant la conclusion d'un tel accord ?

Faire baisser le prix du pétrole.

En outre, les Etats-Unis ne pouvaient voir que d'un bon œil une baisse du pétrole qui allait mettre Téhéran dans une position plus difficile autour de la table de négociation, donc d'une certaine façon contribuer aux conditions d'un accord à la date limite ou légèrement plus tard....

En outre la baisse du Baril allait poser des problèmes inattendus à la Russie de Vladimir Poutine.... Donc que des avantages...

Si les cours du pétrole ont lentement baissé au cours de l'été, la franche accélération intervient au moment où l'Arabie Saoudite annonce des baisses de prix sur le marché asiatique, là précisément où Téhéran exporte les 2/3 de son pétrole.... et pratiquement 2 mois avant la date butoir du 24 Novembre...

Sans vouloir décrire les éléments d'un grand plan prévu à l'avance, tout se passe comme si... une certaine coordination, liée à une convergence des intérêts et des politiques avait vu le jour entre Riyad et Washington en 2014 après les désaccords de 2013.

Dans un univers complexe tel que celui du marché mondial du pétrole, un seul paramètre ne peut prétendre expliquer, à lui seul, une variation importante à un moment donné.

Les « mécanismes du marché » peuvent servir d'éléments explicatifs, mais ils se placent dans un cadre géostratégique.

Dans la situation fortement baissière et brusquement apparue cet automne, l'accroissement constant et régulier de la production du pétrole de schiste américain et le lent ralentissement économique européen ne peuvent à eux seuls expliquer l'ampleur et la soudaineté de la baisse.

La convergence nouvelle en 2014 des intérêts et des choix politiques américano-saoudiens dans les conflits du Moyen-Orient, apportent leur part d'explication.