Iran : sanctions pétrolières et défaite au Yémen
Par Gérard Vespierre

Le mois de novembre s'annonce délicat pour le pouvoir iranien. D'abord les sanctions américaines, autour du pétrole, des produits industriels et financiers... Ensuite, les perspectives très sérieuses d'arrêt des combats au Yémen, et donc la perte du pouvoir pour le mouvement Houthi que Téhéran soutient depuis 2014. Ce serait un recul de « l'arc chiite ». Par Gérard Vespierre, chercheur associé à la FEMO, Fondation d'Etudes pour le Moyen-Orient, fondateur associé de Strategic Conseils (*).

Depuis le retrait des Etats-Unis, le 8 mai de cette année, de l'accord sur le nucléaire iranien du 14 juillet 2015, la situation économique iranienne devient de plus en plus compliquée. Concernant la situation pétrolière, l'Iran avant l'accord produisait 3,4 millions de barils par jour. Cette production se répartissait entre environ 50% de consommation intérieure et 50% pour l'exportation, soit 1,7 million de barils par jour.

La levée des sanctions lui a permis d'élever sa production et ses exportations de 1 million de barils par jour. La production a atteint en moyenne, en début de cette année, selon l'AIE, Agence américaine d'Information sur l'Energie, 4,4 millions de barils, et a donc permis d'augmenter le niveau des exportations iraniennes à 2,7 millions de barils pas jour. C'est donc à partir de ces chiffres qu'il va falloir raisonner et évaluer les seuils d'impact des sanctions américaines, mises en place à partir du 4 novembre.

Faire perdre à l'Iran ce million de baril supplémentaire sera un premier niveau de succès, mais il sera insuffisant pour mettre l'Iran en difficulté, car le pays retrouverait le niveau qu'il a connu avant l'accord de 2015. Ce nouveau train de sanctions devrait donc atteindre le niveau de recul des exportations de 1,5 à 2 millions de barils par jour pour créer un véritable et profond problème économique.

La gestion juridique des sanctions, par les Etats-Unis

Les exportations de pétrole iranien impliquent aussi bien des pays d'Asie que de l'Europe du sud, soit alliés ou partenaires des Etats-Unis pour la plupart. Sont concernés, l'Inde, le Japon, la Corée du Nord et du Sud, la Chine, la Turquie, la Grèce, l'Italie et l'Espagne...

La stratégie américaine implique à la fois des dispositions pétrolières et... juridiques, car des changements d'approvisionnement pétrolier ne peuvent se faire rapidement, et il faut également prévoir des augmentations de production et d'exportation de la part d'autres producteurs.

D'un point de vue juridique, les Etats-Unis ont décidé de mettre en place pour leurs partenaires et alliés des dispenses temporaires, leur permettant de continuer à importer du pétrole iranien pendant un certain temps, à priori 6 mois, tout en réduisant leurs achats.

Ces dispositions concernent l'application et les exemptions, du dispositif CAATSA (Counter American Adversaries Through Sanctions Act) mis en place en Août 2017, et permettant à l'administration américaine de sanctionner des pays tiers ne suivant pas les sanctions décidées contre un pays donné. Toute entité d'un pays tiers, ne suivant pas les sanctions contre l'Iran, peut donc être à son tour sanctionnée dans le cadre de ses propres relations avec le système financier et économique américain.

La gestion pétrolière

L'efficacité du dispositif pétrolier contre l'Iran suppose également de pouvoir fournir au marché pétrolier mondial le même volume de production, en compensant la diminution des ventes et de la production iranienne.

De ce point de vue, les bonnes volontés ne devraient pas manquer, car le recul des ventes et donc de la part de marché d'un producteur donne l'occasion, à tous les autres, d'augmenter leur volume et de s'approprier une partie de la part de marché du défaillant....

Dans la région du Moyen-Orient, deux pays sont à même de remplir ce rôle, l'Arabie Saoudite et l'Irak. Le premier a toutes les capacités de le faire et pour de multiples raisons. L'Arabie est le 3e producteur mondial, et dispose des réserves et les installations pour augmenter sa production de 500.000 barils à un million de barils par jour, très rapidement. Les autorités saoudiennes ont déjà indiqué qu'elles prendraient toute disposition pour que « le monde ne manque pas de pétrole », et on pourrait ajouter... surtout s'il s'agit de contrer l'adversaire l'iranien. Enfin, les évènements du 2 octobre autour de l'affaire dite "Khashoggi" ne peuvent qu'inciter l'Arabie Saoudite à redonner une image positive d'elle-même, en jouant pleinement son rôle de premier exportateur mondial de pétrole...

L'Irak est en train de développer un plan sur 5 ans destiné à lui permettre de devenir le 4e producteur mondial, en atteignant une production supérieure à 7 millions de barils par jour, au lieu des 4,2 actuellement. Ses importantes réserves et ses immenses besoins en ressources additionnelles pour mener à bien sa reconstruction justifient pleinement ces objectifs et donc la capacité de ce pays à produire en plus, dès 2019, plusieurs centaines de milliers de barils par jour.

En dehors du Moyen-Orient, les 2 premiers producteurs de la planète, qui sont paradoxalement les Etats-Unis et... la Russie, sont à même de produire rapidement plusieurs centaines de milliers de barils par jour supplémentaires. La Russie produit actuellement 10,5 millions de barils par jour, mais est déjà monté à 10,8 avant les accords avec l'Arabie Saoudite de réduire la production pour remonter les prix, au début de cette année.

Les Etats-Unis de leur côté, devenu premier producteur mondial, ont dépassé cette année le cap des 11 millions de barils par jour, et les perspectives de l'AIE indiquent le niveau de 12 millions pour la fin de l'année 2019. Les Etats-Unis pourront donc eux aussi participer à la compensation de la baisse de la production iranienne...

Le marché pétrolier a manifesté de l'inquiétude au début octobre puisque le prix du Brent coté à Londres a atteint les 85 dollars le baril. Mais les annonces de l'Arabie, l'augmentation des stocks aux Etats-Unis, et le ralentissement des perspectives économiques mondiales, ont ramené le prix du Brent en dessous de 75 dollars la semaine passée. Le marché a bien sûr également été rassuré par le fait que les Etats-Unis avaient décidé d'accorder des dérogations, au moins pour 180 jours, à ses alliés et partenaires importateurs de pétrole iranien.

Le prix sur le marché mondial ne devrait donc pas subir le contre-coup de la pression américaine sur l'Iran. Mais il n'en est pas de même pour l'économie iranienne.

L'impact sur l'économie iranienne

Les baisses de revenus pour ce pays vont être certaines, soit issues des rabais consentis par l'Iran sur ses ventes, soit provenant de la baisse de ses volumes, et certainement une combinaison des deux.

Quand on évoque une baisse des ventes d'un million de barils par jour, en se basant sur un prix de 75 dollars le baril, cela représente une baisse potentielle de revenus de plus de 2 milliards de dollars par mois... et 25 milliards de dollars sur l'année.

Si l'on projette une baisse de 2 millions de barils par jour des exportations iraniennes, cela représenterait 50 milliards de dollars de perte de recette sur 12 mois. On a ainsi une claire vue de l'enjeu économique et financier de la pression américaine!

Il s'agit là de l'impact financier direct. Les effets induits, indirects, se feront ressentir dans tout le tissu économique iranien. Tout d'abord cette réduction d'activité industrielle se traduira par une réduction du PIB de l'Iran en 2019. Les premières estimations projettent une diminution du PIB de 3,5% !

Le deuxième impact se jouera à niveau sur le taux de change du rial qui connaîtra un nouvel accès de faiblesse, et en conséquence relancera l'inflation. Dans ces conditions, le taux de chômage de 25% chez les jeunes de 15 à 24 ans ne pourra qu'augmenter à nouveau.

On constate donc que le choix des Etats-Unis par l'ampleur de son impact potentiel va poser un réel problème à la société iranienne et à ses dirigeants.

L'impact sur la société

Le peuple iranien est certes résilient, mais cette résilience est à l'œuvre depuis déjà plusieurs décennies. Plusieurs dizaines d'années où les Iraniens ont vu leurs revenus baisser, le système de santé et le système éducatif avec des dotations en baisse. Comment expliquer autrement les mouvements et grèves actuels dans le système scolaire, dans plus de cent villes?

Les Iraniens savent par ailleurs que depuis ces mêmes dizaines d'années les ressources pétrolières ont été consacrées à des projets militaire, nucléaires, ou balistiques qui n'ont en rien apporté une contribution positive au niveau de vie de la population. Nous avons entendu dans les manifestations : « Pas la Syrie, mais l'Iran »... ! C'est également le sens des centaines de manifestations et grèves entreprises par les camionneurs, dans tout le pays, depuis le printemps de cette année.

Les Iraniens savent également qu'une part importante des richesses nationales est détournée soit par les fondations religieuses, soit par les pasdarans. Les manifestations qui se sont déroulées cette année dans toutes les grandes villes du pays s'en sont fait l'écho dans leurs slogans de cette situation : « voleurs, rendez l'argent ».. !

Il est fort probable que le pays connaisse, soit en cette fin d'année, soit l'an prochain, de nouvelles manifestations. Le régime est mis en cause, par sa gestion jugée catastrophique. Nous avons déjà entendu dans les manifestations le slogan: « Mort à Rohani, mort à Khamenei » ! Le peuple iranien aura le dernier mot.

Dans cette situation économique et sociale très difficile, la politique étrangère de l'Iran n'est pas épargnée.

Les difficultés de « l'arc chiite »

Nombreuses sont les pressions internationales, et même russes pour voir l'Iran se retirer de la Syrie. Comme l'a déjà précisé Vladimir Poutine : « Dans le cadre du règlement politique de la situation syrienne, tous les forces militaires étrangères devront se retirer ». Son envoyé spécial pour la Syrie ajoutant 48 heures plus tard : « Les forces iraniennes y compris ».

Du côté du Yémen, les perspectives ne sont pas très positives non plus pour la politique iranienne de « l'arc chiite ». Téhéran entraîne et soutiens les Houthis minoritaires, occupant la capitale. La situation yéménite est à l'aube de connaître une évolution nouvelle, non seulement par l'attaque de l'armée régulière et des troupes émirati sur le port de Hodeïda. Mais également par les ouvertures politiques faites par le président officiel Abd Rabo Mansour Hadi, qui vient de limoger son Premier ministre, ... sans le remplacer. Ouverture...

Dans le mouvement Houthi, la situation évolue également, mais dans le sens des divisions. Abdel Azzem al-Houthi, oncle du leader du mouvement, et en opposition avec lui depuis 4 ans vient en effet de déclarer : « Le leader du mouvement ne suit nullement les prescriptions zaïdites, mais celles des chiites de Téhéran, en se conduisant comme un voleur et un bandit »! Le mouvement Houthi connaît donc une crise officielle qui arrive au plus mauvais moment pour lui.

C'est dans cette situation intérieure, nouvelle, ouverture du pouvoir officiel et difficultés militaires et politiques pour les Houthis, qu'intervient la forte demande américaine d'entamer dans les 30 jours des négociations entre toutes les parties à Stockholm, sous l'égide de l'Onu, et de son envoyé spécial Martin Griffiths.

Cette évolution devrait pouvoir aboutir à un cessez-le -feu, et un début de solution politique. L'arrêt de la guerre au Yémen et un échec des Houthis sera un revers pour la politique étrangère de Téhéran, visant à établir un « régime partenaire » sur le flanc sud de son rival, l'Arabie Saoudite.

Automne difficile pour le régime iranien

Serait-ce l'automne du régime ? En place à Téhéran depuis bientôt 40 ans, il va cumuler pendant les semaines et les mois à venir les coups de butoir économiques, politiques, et sociaux. Si la répression s'abat sur les manifestants, ces violences peuvent contribuer à alimenter les mouvements contre le régime. Si le régime s'abstient de toute répression, la rue poussera son avantage. Nouveau dilemme. L'hiver et le printemps iranien pourrait être très agité....

(*) Gérard Vespierre est l'auteur du site www.le-monde-decrypte.com

Source : La Tribune